Muscle ton jeu, Robert